Actualités

Actualités

H1-Le drone, un nouvel outil pour les assureurs !

Actualités

Après le passage d’Irma, l’île de Saint-Martin, complètement dévastée, était quasi inaccessible. Il était du devoir des assureurs de réagir vite afin que les habitants puissent être indemnisés et engagent rapidement la reconstruction. Devant l’incapacité d’envoyer des équipes sur place, ce sont des drones civils qui ont survolé la zone pour en évaluer les dégâts. Marie-Hélène Leca, du service Gestion Expertise chez Montmirail nous explique comment ces nouveaux outils aériens sont devenus des alliés de choix pour le secteur de l’assurance.

Se rendre dans des zones difficiles d’accès

En effet, les assureurs ont rapidement compris l’utilité de ces appareils en cas de sinistres de grande ampleur affectant de vastes surfaces, de grands bâtiments ou encore des biens inaccessibles comme des sites pollués ou des bâtiments incendiés. Les premières constatations peuvent, en effet, être réalisées bien plus rapidement, et dans de meilleures conditions de sécurité. Cela permet également d’anticiper les mesures conservatoires à prendre. C’est tout particulièrement intéressant pour les grandes catastrophes naturelles. Ainsi en janvier 2014 après les très fortes inondations, la préfecture de Pau dans Pyrénées Atlantique, avait mandaté une société prestataires d’images par drones pour effectuer la reconnaissance de la zone sinistrée.

Une grande fiabilité des données

Les données recueillies sont extrêmement fiables et peuvent parfois permettre de déterminer le point d’origine et la cause d’un incendie par exemple. Le gain de temps dans les investigations est de plusieurs jours voire semaines. Le service apporté à l’assuré en est grandement amélioré.

Un outil de prévention efficace

En plus de l’aide à la gestion stricte de sinistres, l’utilisation des drones est également un excellent outil de prévention. Ainsi, les inspections réalisées peuvent permettre de déceler en amont des défauts de fabrication ou des problèmes d’installation. Certains assureurs proposent déjà à leurs assurés cette prestation destinée à prévenir les risques. C’est le cas d’Allianz qui propose un service qui concerne les installations photovoltaïques de ses clients. En faisant appel à ce genre de prestations, des réductions de primes peuvent même être octroyées en retour par l’assureur.

Un usage toutefois limité

En assurance construction, l’utilisation des drones permet de surveiller l’évolution de certaines pathologies d’un bâtiment. Cela permet également d’inspecter les biens assurés, parfois à l’aide de capteurs thermiques, afin d’évaluer leur état de façon très précise. Toutefois, l’utilisation des drones dans le domaine de l’assurance conserve certaines limites :
Il est, par exemple, impossible de voler par grand vent. Leur autonomie reste faible et leur exploitation est soumise à une réglementation stricte, c’est pourquoi l’intervention de sociétés spécialisées, sélectionnées avec soin est nécessaire. L’assureur donneur d’ordre qui aurait fait travailler un prestataire non habilité ou n’ayant pas obtenu les autorisations de vol, pourrait voir sa responsabilité engagée en cas de dommages.

Rien ne remplace l’expert !

Mais ces limites sont mineures comparées aux bénéfices générés par l’utilisation de ces aéronefs d’un nouveau genre. Les drones n’ont toutefois pas vocation à remplacer les experts. Cette technologie, qui représente un coût non négligeable (il faut compter 1000 à 2 000 euros pour une session de vol) est utilisée seulement pour les sinistres de grande ampleur. Sur le terrain, c’est toujours l’expert qui guide l’opérateur et définit les zones à survoler.

Un marché en pleine expansion

Selon certains spécialistes en 2020, la valeur générée par les drones dans l’assurance devrait atteindre les 6,8 Milliards de dollars. A cela s’ajoutent les bénéfices indirects. Tels que les usages faits dans d’autres secteurs ou le développement de nouvelles sources d’information.

Quelques chiffres clés

  • 1 million de drones civils dans le monde dont 300 000 vendus en 2015.
  • 91 Md$ les dépenses d’acquisition de drones en 2024, dans le monde.
  • 2 400 opérateurs de drones civils en France. 30 fabricants de drones dans l’Hexagone. 3 087 drones utilisés à titre professionnel.
  • 150 000 à 200 000 drones de loisirs en France.
  • 652 M€ Le chiffre d’affaires en 2025 du marché français des drones civils (contre 155 M€ en 2015).

linkedin

Retour sur notre participation au Grand Opening Aix-Marseille

Actualités

Montmirail, était présent au Grand Opening 2017 organisé par la French Tech d’Aix-Marseille au J1, le 14 septembre dernier. Par sa participation à cet évènement incontournable, Montmirail a voulu montrer son implication et sa volonté de s’inscrire dans le tissu local et dans les nouvelles technologies.

Pourquoi un assureur à la french tech ?

Les visiteurs ont d’abord positivement été surpris de notre présence. Néanmoins, ils ont compris l’importance et la pertinence d’adosser un contrat d’assurance cyber aux efforts de protection déjà réalisés dans leur société. Il n’est plus possible aujourd’hui de les dissocier.

Pari gagné pour Montmirail

Un nombre important de visiteurs se sont arrêtés à notre stand. Simples curieux ou réelles demandes, de nombreux échanges et contacts ont été pris.

Presque 2 mois après l’événement certains d’entre eux ont débouché sur des partenariats très divers mais complémentaires. Ainsi, Montmirail s’associe avec des avocats, des sociétés spécialisées dans les services et les solutions de réseau et de sécurité. Il s’agit de proposer aux Dirigeants, RSSI et DSI des solutions clés en main.

Faire prendre conscience des risques

Montmirail poursuit son travail de prise de conscience auprès des décideurs. Notamment sur le secteur des nouvelles technologies où la législation est en constante évolution et les hackeurs de plus en plus entreprenants.

L’objectif est de leur donner immédiatement toutes les clés pour qu’ils envisagent les risques sous 3 angles :

  • celui de la législation actuelle et à venir (RGPD* de Mai 2018),
  • sous l’aspect technique (diagnostic de leur système débouchant sur une préconisation d’améliorations pouvant être prévues simplement et rapidement)
  • mais également sous l’angle assurantiel : souscrire un contrat d’assurance afin de garantir LEUR RISQUE RÉSIDUEL à travers une solution faite sur-mesure et en totale adéquation avec ses besoins.

Ainsi, Montmirail déjà impliqué au sein d’un groupement traitant de la sécurité de l’information et des données, parfait son expérience au profit de ses assurés.

*RGPD : Règlement Européen sur la protection des données personnelles

linkedin

Les drones à usage professionnel, pourquoi ça marche !

Actualités

Longtemps réservée au domaine militaire, depuis quelques années, l’utilisation des drones s’est démocratisée auprès du grand public. Si la pratique de loisirs est la plus courante, de plus en plus de professionnels en font usage et notamment dans le domaine de l’assurance. Marie-Hélène Leca, du département gestion et expertise chez Montmirail nous explique pourquoi le secteur est en pleine expansion.

Un cadre réglementaire dès 2012

Selon certains spécialistes, le marché des drones civils pourrait atteindre 625 M€ en 2025 alors qu’il était estimé à 155 M€ en 2015. Le développement du marché professionnel en France a été favorisé par la mise en place d’un cadre réglementaire dès 2012. Il a été complété par 2 arrêtés du 17 décembre 2015 qui sont entrés en vigueur le 22 janvier 2016.
Comme il s’agit d’aéronefs de moins de 150 kg, les drones ne dépendent pas de l’AESA (agence européenne de la sécurité aérienne). En conséquence, de nouveaux textes visant à renforcer la sécurité de l’usage des drones civils sont attendus. Notamment au niveau européen en vue d’harmoniser le cadre réglementaire qui peut varier d’un pays à l’autre.

Des obligations strictes mais encadrées

Ainsi, les concepteurs de drones « experts », les opérateurs et les télé-pilotes sont soumis à de nombreuses obligations (conditions d’aptitude certifiées, etc.). Les vols eux-mêmes sont encadrés par des règles strictes qui varient en fonction des caractéristiques des engins et de leur utilisation (déclaration préalable en préfecture). L’obligation d’assurance applicable aux exploitants d’aéronefs s’impose également aux exploitants professionnels de drones.

Une offre d’assurance accessible

Les assureurs généralistes ont commencé par se montrer frileux face à ce risque émergent, et l’offre d’assurance n’était disponible qu’auprès d’assureurs spécialisés en aérien. Aujourd’hui après quelques années de recul, de nombreux assureurs (ex : MMA Groupama, Allianz, AXA et SMABTP) ont été rassurés par le faible nombre de sinistres et l’offre s’est diversifiée. Les tarifs ont également baissé. Cette capacité accrue à s’assurer a été un facteur favorable au développement de cette nouvelle activité professionnelle.

Composition du marché

L’essentiel du marché professionnel est constitué par des prestations audiovisuelles et artistiques. Les prestations techniques commencent aussi à bien se développer. Les secteurs les plus dynamiques sont l’industrie (inspections de ponts ou d’éoliennes, inspection d’infrastructures en vue de leur maintenance, etc.) et l’agriculture (observation des cultures, épandage notamment). Les secteurs de la sécurité (exemple : la SNCF pour la surveillance du réseau ferroviaire) et de l’assurance sont en nette croissance.

linkedin

Imprévus de voyage : quelles protections ?

Actualités

Vous vous apprêtez à réserver votre voyage et votre prestataire vous propose une assurance spécifique ? Vous vous interrogez sur sa pertinence et son utilité ? Montmirail vous aide à faire le bon choix pour éviter le cumul d’assurance et à économiser sur votre budget.

Des garanties “voyage” comprises dans votre assurance habitation

Peu de gens le savent mais l’assurance habitation peut largement suffir à se couvrir pendant ses congés. Cela concerne les séjours de moins de 3 mois en France ou à l’étranger dans un bâtiment d’habitation immobilier. A savoir, un logement, une chambre d’hôtel ou de pension, un mobil home, etc. dont vous n’êtes ni propriétaire ni locataire l’année. En effet, certaines options de garanties sont proposées dans la plupart des contrats Habitation et sont similaires à celles des assurances voyages :

  • Couverture en responsabilité civile sur le territoire ou à l’étranger : Elle vous protège en cas de dommages matériels et corporels causés aux tiers y compris en tant qu’occupant d’un bien immobilier lors d’un court séjour (- de 3 mois), de même en cas de location temporaire d’une salle pour un évènement familial ou privé. Pensez à interroger votre assureur et à vérifier que votre destination est bien prise en charge.
  • L’assistance rapatriement : Votre assurance habitation peut, dans certains cas s’occuper de votre rapatriement d’urgence (train, avion) si vous avez un sinistre dans votre résidence principale nécessitant un retour prématuré alors que vous êtes en vacances à l’autre bout de la France ou à l’étranger.
  • Vol sur la personne et/ou perte d’effets personnels : En cas de vol de papiers, de disparition d’objets ou d’effets personnels, ou encore de violence physique (avec dépôt de plainte à la police), votre assureur peut vous assister sur zone et même vous proposer une compensation financière selon les conditions du contrat.

Les assurances souscrites avec votre carte bleue

A condition que vous ayez payé votre voyage ou votre déplacement avec votre carte bancaire, l’assurance de cette dernière peut vous rembourser certains frais. C’est le cas pour les dépenses liées aux repas et à l’hébergement en cas de retard, d’annulation d’un vol ou d’un voyage en train. De même, en cas d’impondérables vous obligeant à renoncer à vos vacances ou à les interrompre, vous pouvez être remboursés des dépenses imprévues ou non récupérables. Certains contrats prévoient également une assistance juridique ainsi que des garanties en cas d’accident, de vol ou de dommages lors d’un trajet en voiture de location. Il est donc nécessaire de faire le point sur sa protection avant d’engager des dépenses d’assurance supplémentaires.

Les assurances voyage

Néanmoins dans certains cas, il est nécessaire de faire appel à une assurance spécifique. Grâce à ses assureurs partenaires, Montmirail a conçu des offres spéciales voyage pour répondre à des besoins très particuliers : **

  • Les assurances pour les locations saisonnières, villégiatures : Elles permettent de se protéger en cas d’annulation de séjour, de perte de bagage, de dommages causés sur le lieu de vacances, de mauvaises surprises ou d’arnaques à la location (garantie anti-surprise)
  • Les assurances voyage multirisques (courts et longs séjours) : Elles prennent en charge l’assistance, le rapatriement, les frais médicaux, l’annulation de voyage, l’individuelle accident en cas de décès ou d’invalidité, la responsabilité civile à l’étranger, la protection juridique, les retards d’avion ou encore les dépenses liées à une impossibilité de retour (suite à une catastrophe naturelle ou un attentat se produisant sur votre lieu de vacances).
  • Les assurances sports et loisirs : Elles concernent les frais d’interruption d’activité (accident, événement climatique, etc.), de recherche et de secours en montagne, en mer ou en zones difficiles d’accès, d’hospitalisation ou encore en cas de bris ou de vols de matériels sportifs (même loués).
  • La garantie soleil : Disponible en général auprès des grandes agences de voyages notamment pour certains campings, la garantie soleil prévoit une indemnisation en cas de mauvais temps durant la période de vacances. Attention toutefois, les conditions d’indemnisation sont souvent très restrictives.

Contact : Brigitte Ottaviani
Téléphone : 04 91 32 38 58
Email : bottaviani@montmirail.com

linkedin